Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

A propos de l'Être-Humain

L' onglet vidéo accueille une nouvelle vidéo tous les mois, vous y trouverez des explications approfondies sur le Neuro-Training ainsi que des pistes de réflexions sur nos fonctionnements.

Comportements :

 

Nous pouvons enseigner à un chien ou à une souris des modèles qui améliorent leurs comportements. Nous pouvons faire la même chose avec des êtres-humains.                          

                                                                               Nous pouvons nous demander alors : quels modèles à la base de nos comportements nous a t-on transmis? quels modèles à la base de nos comportements avons nous choisi d'imiter?

Avons-nous assez de recul pour identifier seuls nos propres modèles?                                                                                                                                       Parmi différentes méthodologies, le Neuro-Training permet de mettre en évidence ces schémas et d'adopter d'autres comportements.

Accéder au succès :                                                                                                                                              Les personnes qui connaissent le succès ou la réussite savent s'adapter ou se réadapter un nombre incalculable de fois jusqu'à ce qu'ils aboutissent au résultat qu'ils recherchent. Dans leur représentation d'eux-même ces personnes ne se "trompent" jamais, quand le résultat obtenu n'est pas en adéquation avec ce qu'ils souhaitent vivre, ils modifient leur façon de faire jusqu'à trouver la bonne combinaison neurologique permettant d'adopter le comportement qui mène à l'expérience désirée.                                                                                                                     Cette méthode empirique est basée sur la relation avec votre conscient, elle peut mener à la réussite mais peut également consommer deux ressources très précieuses: votre temps et votre énergie.                                                                                                    Le Neuro-Training vous propose de travailler sur un autre niveau, sur votre subconscient, ce niveau est en amont de votre niveau conscient et influe directement sur celui-ci. Lors d'une séance nous pouvons mettre en lumière quelles sont ces influences et surtout nous pouvons réorganiser la relation entre votre conscient et votre subconscient, cela peut vous permettre d'expérimenter votre réussite sans passer par la méthode empirique qui devient alors "archaïque".

L'expérience de l'être-humain :                                                                                                                  Pour vivre l'expérience de l'être-humain, notre âme (notre signature énergétique, notre identité plus élevée) vient emprunter un corps. Pour que cette expérience se déroule au mieux nous avons également besoin d'une identité tridimensionnelle temporaire : L'égo.                                                                                                                                         L'égo est cette démarcation que nous structurons tout au long de notre vie intra-utérine, durant notre   enfance. Cet outil nous permet de savoir où nous commençons, d'identifier l'espace entre nous et les autres, et de reconnaitre ou les autres commencent. C'est un mécanisme de survie qui nous permet de réaliser l'expérience de l'incarnation, sans cet égo, sans cette identité terrestre nous pourrions mourir à la moindre occasion et nous ne mènerions pas à terme l'expérience que souhaite effectuer notre âme.                                                                                             Notre réalité dépend de la manière dont nous structurons notre égo. Nous percevons cette réalité par le prisme de nos sens. L'égo est relié à nos sens (il existe plus que 5 sens). Cet égo se divise en 3 parties qui ont des taux vibratoires différents donc une influence plus ou moins forte sur la structure égotique: le conscient (vibration la plus basse) est en lien avec nos pensées, le subconscient (vibration intermédiaire) est en lien avec nos émotions, l'inconscient (vibration plus élevée) est en lien avec nos croyances profondes.                                                                                                                                                         Ces 3 niveaux sont en interaction, le conscient peut influencer le subconscient, le subconscient peut influencer l'inconscient. Cependant, la plupart du temps le conscient et le subconscient sont le résultat de ce qui se passe dans notre inconscient.

Pour pouvoir modifier sa réalité :                                                                                                              Notre égo est comme une base de données où nous stockons des programmations, nous nous identifions à notre avatar terrestre et nous définissons notre notion du Je en puisant dans les informations que nous stockons durant notre vie.                                                                                                                         Si nous souhaitons modifier notre réalité nous devons modifier les informations que nous avons en magasin et/ou la façon dont nous les utilisons. 
La période qui s'étend de la conception (rencontre du sperme et de l'ovule) à la naissance (9 mois intra-utérin) est extrêment riche, nous y structurons notre corps physique (organes, os, peau, systèmes lymphatique, cardio-vasculaire, respiratoire, d'élimination...).                                                       Nos sens qui nous permettent de percevoir le "réel" se développent, nous sommes sensibles à tout ce que notre mère expérimente, à l'intérieur et à l'extérieur d'elle. 
Durant cette période féconde nous vivons un bon nombre de "premières fois", nous assimilons énormément d'informations et nous créons des associations neurologiques à partir de ce que nous percevons et ressentons, ces associations deviennent des croyances profondes, des automatismes et des références PRIMAIRES de fonctionnement. 
Nous ne jugeons pas si les associations que nous faisons sont bonnes ou mauvaises, nous enregistrons simplement des faits, nous trions et nous gardons également ce qui nous permet de rester en vie. 
                                                                                   En effet, rester en vie est un des programmes principal que nous mettons en place pour pouvoir perpétuer le jeu de l'incarnation. 
Un exemple: je suis dans le ventre de ma mère au stade de foetus et quelque chose dans l'organisme de celle-ci a une odeur fort désagréable pour moi, je peux débrancher mon sens olfactif afin de ne plus être dérangé par cette odeur. Le problème est que je me developpe sans associer mon sens de l'odorat à ce que je vis, je grandis donc avec l'idée que ma vie est mieux sans l'utilisation de mon odorat. Quoi qu'il en soit, "je ne sens pas ce qui pue"! 
                                                                                Créant ma réalité à partir de ma base de données, je pourrais vivre plus tard des situations qui ne sont vraiment pas bonnes pour moi parce que je n'utilise pas mon sens de l'odorat et que je ne suis pas capable de "re"sentir ce qui est bon pour moi ou pas (relation toxique, situation professionnelle déplaisante etc...)
                                                                          Soulignons que durant la période intra-utérine, pendant la petite enfance nous enregistrons aussi d'autres types de programmations.

Structurer son égo pour correspondre aux attentes :                                                                                                                                                            Serait-il possible que vous ayez programmé durant votre enfance, très profondément dans votre inconscient des références identitaires afin de faire plaisir à vos parents ou votre entourage? Vous auriez donc appris à être impuissant, soit à utiliser un schéma de fonctionnement de manière réflexe pour être accepté, pour être conforme, même si cela vous a coupé de l’expression spontanée de votre nature.                                                                                  Nous voyons dans l’exemple ci-dessus comme nous pouvons être malléable étant enfant et comment la bienveillance ou non de notre entourage peut imprégner fortement l’expression de notre égo. 

https://www.youtube.com/watch?v=R6JMQfNttEM

Ego collectif :

hCette expérience du mentaliste Derren Brown illustre bien un phénomène social: la mondialisation de notre ego. Par programmations successives nous finissons par vouloir correspondre à un type de personnalité qui nous éloigne de notre être, nous oublions alors le lien avec notre âme. https://www.youtube.com/watch?v=7ovc9lmmPVw

Présentation de la structure de l’âme :


Les flammes jumelles: L’ego et l’âme ou l’esprit d’en haut et l’esprit d’en bas ou votre fonction et votre nature en tant qu’être humain.

 

Notre ego et notre âme fonctionnent de manière similaire, pourtant ces deux aspects de notre être prennent racines de sources différentes. Ces deux éléments sont liés et peuvent fonctionner ensemble pour créer l’être complet, ou ne pas fonctionner ensemble et donner des comportements éloignés de notre nature, ce qui crée un malaise.
 

Il est important de comprendre leur mécanisme et de ne pas les dissocier.

 

L’ego contient cette partie dite de l’inconscient où nous enregistrons très profondément des programmations, ces croyances construisent notre réalité, pourtant un énorme % de nos croyances viennent d’un savoir non validé, de l’extérieur et non de notre expérience directe. 
 

Si nous nous construisons une identité à partir de croyances que nous n’avons pas expérimentées, nous ne sommes pas cette construction.

 

Alors qui sommes-nous?

 

Nous ne sommes pas réellement cet ego,celui-ci est bien programmé et placé lorsqu’il valide une expérience directe, il est alors en lien avec notre âme.

 

Lorsque nous méditons et que nous voyons les effets de l’ego se manifester, cette partie plus passive qui observe, cette conscience vient de notre âme. 

Cette âme forme l’esprit d’en haut, elle est structurée en 3 parties, chacun de ces niveaux à un taux vibratoire différent, et tous ces niveaux vibrent à un niveau supérieur de ceux de l’ego. 

 

Le niveau d’en bas de l’âme correspond à notre connaissance absolue.
 

Le niveau intermédiaire de l’âme correspond à notre essence.
 

Le niveau supérieur de l’âme correspond à l’omniscience relative (même si ces 2 termes paraissent contradictoires).

Capable de réponse :

Être responsable signifie être capable de réponse, c’est à dire avoir la capacité de ressentir et d’agir par rapport à ce qui se manifeste dans notre réalité et cela en accord avec nous même.


Certes, lorsque nous n’arrivons pas à être responsable nous nous trouvons une excuse, un quelque chose qui justifie notre incapacité à fonctionner...


Tel symptôme, tel trouble de fonctionnement ou de compréhension vient légitimer le fait que nous ne nous positionnons pas dans notre vie.

Alors pourquoi n’arrivons nous pas être responsable? 

Il est intéressant de réaliser que très souvent nous ne faisons pas de choix car nous avons peur d’assumer les conséquences de nos choix. 

Consciemment vous direz « je veux vraiment faire ceci ou cela », pourtant cela ne se manifeste pas dans votre vie, pourquoi ? Parce que changer peut faire peur, devenir plus lumineux peut faire encore plus peur.

 

Que devriez-vous faire dans votre vie si vous alliez mieux?


Au niveau subconscient si nous testons votre % de bonne volonté à réaliser ce que vous souhaitez nous verrons que ce % est très bas ou inapproprié.

Et si nous vous aidions à assumer vos choix afin d’être responsable?

Changement perpétuel :

Il est dit que la seule chose qui ne change pas est le changement, par conséquent le changement est un phénomène on ne peut plus naturel. Toute chose est vouée à évoluer.

 

Chacune des situations de vie que nous rencontrons est une opportunité qui nous permet d’exprimer à nouveau qui nous sommes. Si nous la percevons comme un défi, comme quelque chose où nous avons notre mot à dire, alors nous pouvons nous créer et faire l’expérience la plus grande de ce que nous sommes capables d’imaginer.

 

En revanche, si nous vivons ces situations comme des obstacles, parce que nous choisissons de ne pas choisir ou de croire que nous ne sommes pas capables, que nous répondons de la même vieille manière que d’habitude, ils ne nous sert alors à rien de vivre ces situations puisque nous les avons déjà vécues. Cela revient à vivre notre présent au passé! Revoir le même film 50 fois n’est pas très stimulant et même ennuyeux.  
 

L'eau de la rivière est en mouvement perpétuel, l’eau stagnante finit par croupir, tout système qui ne se renouvele pas finit par pourrir.

 

Avec l’aide du Neuro-Training, renouvelons notre état d’esprit, adoptons une posture physique assurée et réveillons les circuits que notre cerveau n’a pas encore activé.

L'expression chimique de nos émotions :

Nos hormones sont l’expression chimique de nos émotions, lorsque nos glandes produisent des hormones nous ressentons des émotions, en fonction de notre capacité à gérer ces émotions nous pouvons canaliser cette énergie ou en être les otage. Quand les émotions ressenties sont trop fortes et que nous ne savons pas comment canaliser leur énergie nous mettons en place différentes stratégies : 

- L’anesthésie : 

Sous anesthésie nous ne ressentons plus d’émotions par rapport à ce que nous vivons, ainsi nous n’avons pas à gérer cette sensation déplaisante qui nous traverse, en contrepartie nous perdons également la capacité à ressentir des émotions positives, or ne pas expérimenter les émotions que nous ressentons revient à nous déconnecter de nous-même et des autres, à enlever une dimension de la vie, sa saveur, nous sommes alors plus comme des robots que des êtres humains.

- La défense :

Nous utilisons alors une émotion pour avoir un ressenti qui nous permet de nous défendre: ces émotions sont alors là pour protéger notre identité plus que pour avoir un ressenti naturel :  

 

Par exemple, une femme se fait courtiser par un homme, spontanément elle pourrait ressentir de la valorisation, de la joie ou de la confiance en elle, pourtant à cause de ce mécanisme elle court-circuite son spontané et utilise une émotion de colère, de révolte ou de mépris pour se « défendre ».

 

Il y a une différence entre vivre sa vie et se protéger de sa vie.

 

De plus lors de notre vie intra-utérine nous sommes plongés dans un bain hormonal, notre cerveau en développement va faire différentes associations avec ces émotions générées et cela va créer une carte d’identité émotionnelle, nous allons alors attirer à nous des situations qui vont nous permettre de revivre ce que nous connaissons déjà de nous-même, nous souhaitons ressentir les mêmes émotions que nous avions dans le ventre de maman, nous ferons en sorte de vivre telle émotion dans une relation, telle autre dans la société, nous chercherons à ce que les autres ressentent telle émotion vis à vis de nous… 


Nous pouvons nous demander: Sommes-nous libres de ressentir nos émotions ou sommes-nous conditionnés à ressentir nos émotions?

Le Neuro-Training nous permet de débrancher nos conditionnements émotionnels et de reconnecter à notre liberté émotionnelle.

Clivage entre le conscient et le subconscient :

 

Lorsque vous venez en séance de Neuro-Training vous souhaitez souvent travailler sur tel sujet précis qui vous incommode, vous souhaitez perdre du poids, avoir un enfant, vous donner les moyens de construire une relation affective avec une personne plus saine qu’auparavant, arrêter d’avoir peur, ne plus procrastiner, gérer le stress pour un examen, travailler sur l’estime de soi, améloirer un trouble de fonctionnement…

La liste des sujets est longue et variée puisque nous pouvons aller voir le relationnel que vous entretenez avec toute chose. Il peut être intéressant de conscientiser que par rapport à tel axe de travail il existe parfois un réel clivage entre votre partie consciente et votre partie subconsciente. Certes, au niveau conscient nous mettons en place des stratégies, vous essayez d’adopter telle attitude, de vous empêcher de poser tel acte, pourtant vous n'arrivez toujours pas à atteindre l’objectif fixé. C’est d’ailleurs pour cette raison que vous venez consulter, afin de pouvoir changer votre mode de fonctionnement, afin de rentrer différemment dans la relation.

Un dicton dit : « Quand on veut on peut… » mais si votre conscient souhaite quelque chose et que votre subconscient souhaite autre chose, vous n’aurez jamais ce que vous désirez consciemment! Mon travail consiste à vous aidez à conscientiser le contenu de votre subconscient, à réorganiser celui-ci afin de permettre à ces deux parties de vous-même d’aller dans la même direction.

Alors par exemple vous vous dites consciemment: je veux arrêter de procrastiner. Pourtant votre corps ne ment pas! Avec certaines connaissances et une lecture appropriée nous pouvons mettre en lumière beaucoup de choses en lien avec votre sujet . Votre corps nous parle avec son langage et il peut nous démontrer :

- Qu’au niveau subconscient vous n’avez pas du tout envie d’arrêter de procrastiner et qu’il faut peut-être commencer par travailler sur le fait d’avoir la VOLONTE d’arrêter de procrastiner.

- Qu’au niveau subconscient vous avez peut-être la volonté d’arrêter de procrastiner mais vous n’avez pas la possibilité de le faire, il faut alors peut-être travailler sur votre CAPACITÉ à arrêter de procrastiner.

- Qu’au niveau subconscient vous avez peut-être la volonté et la possibilité d’arrêter de procrastiner mais vous ne parvenez pas à créer les occasions pour cela, il faut alors peut être travailler sur le fait de pouvoir CREER LES OPPORTUNITES pour arrêter de procrastiner. 

De plus, même si cela peut paraitre loufoque, le fait de procrastiner vous apporte son cortège de récompenses, personne ne procrastine pour le simple plaisir d’avoir une estime de Soi à zéro et avoir la sensation désagréable de passer à côté de sa vie. Vous avez procrastiné à un moment donné de votre vie pour différentes raisons possibles :

- cela vous à permis de compenser par rapport à quelque chose que vous ne saviez pas gérer: peut-être faut-il aller identifier ce que vous n’avez pas su gérer à tel moment de votre vie et qui a fait que vous vous êtes mis à procrastiner, vous réintégrerez ainsi une partie de vous-même et vous n’aurez plus besoin d’une telle stratégie.

- Il se peut que le fait de procrastiner vous apporte un bénéfice secondaire, procrastiner vous permet par exemple de rester un enfant et d’être traité comme tel par votre entourage, or si vous agissez, vous commencez à grandir, à devenir adulte mais vous perdez en même temps le type d’attention que vous obteniez grâce à votre procrastination.

- Il arrive aussi que vous continuez à remettre au lendemain par peur des conséquences qu'induit le changement, en fonctionnant différemment vous avez peur de ne pas savoir gérer les conséquences de vos nouveaux actes.

- Parfois vous manquez simplement d’énergie, vous arrivez très bien à identifier que vous procrastinez mais vous n'avez pas l'énergie nécessaire pour enrayer ce comportement. Il faut alors simplement vous aider à recharger vos batteries.

Il y a des tas de raisons possibles pour ne pas réussir à vivre ce que l’on souhaite, la principale est que nous n'avons pas notre notice de fonctionnement. C’est avec plaisir que je vous reçois en consultation pour vous aider à exprimer qui vous êtes en conscience.

La santé comme état naturel :

 

La santé est un état naturel, une condition normale de l’être humain, un état d’équilibre où nous pouvons fonctionner de manière optimale. Lorsque nous sommes malades, c’est que nous nous sommes éloignés de notre fonctionnement spontané. 

Nous pourrions vivre beaucoup plus longtemps et mourrir en bonne santé, n’est-ce pas merveilleux?

Chacun est responsable de sa propre Santé, à tous les niveaux, que cette santé soit mentale, émotionnelle, physique ou énergétique. Nous prêtons généralement grande attention à notre capital financier mais peu voire pas du tout à nos réserves d’énergie, à notre capital santé.

L'absence de troubles apparents ne signifie pas l'équilibre: ce qui nous stresse et que nous ne gérons pas vampirise notre énergie.
Or, l’énergie est tout simplement vitale! Tant que nous avons assez d'énergie pour compenser, rien ne se voit; lorsque notre énergie diminue, que nous avons accumulé un trop grand nombre de situations stressantes ou vécu un stress trop fort et traumatisant, nous déclenchons un symptôme ou une «maladie». Ce signe nous dit que nous ne pouvons plus masquer le problème, qu’il est temps de s’en occuper. Faute d'agir à l’extérieur, nous avons réagi à l’intérieur, en et sur nous-mêmes.

Notre cerveau est là pour nous aider : il vaut mieux être malade que mort. Déclencher un symptôme ou une maladie est un moyen du cerveau pour attirer notre attention, pour nous délivrer un message: nous faisons fausse route dans notre vie, nous n’exprimons plus qui nous sommes.

Parfois, une personne m'appelle et me dit «j’ai un cancer, une sclérose en plaque, je suis schizophrène, pouvez-vous me soigner, me guérir?" Bien sûr, ces personnes sont en situation de détresse et la partie consciente de leur personnalité souhaite aller mieux. C'est difficile et pourtant derrière cette approche la pensée réelle peut être: «je ne comprends pas ce que vous faites mais peu importe, je consomme une consultation et parce que je paie j’attends de vous la disparition de tel symptôme ou telle maladie. Si cela fonctionne, c’est super; si cela ne fonctionne pas c'est que votre technique est nulle ou que vous êtes un mauvais praticien».

Il est important d’éclaircir deux points :

-Quel que soit le praticien consulté, il n’est pas responsable de votre généalogie, de ce que vous avez vécu, de votre histoire, des choix ou non choix que vous avez réalisés, des conséquences de vos habitudes de vie. Certaines personnes se nourrissent mal durant 40 ans, cultivent des pensées sombres sur la vie, ont pour habitude de ressentir des émotions néfastes, entretiennent des relations toxiques, restent sédentaires, ne partagent pas d’amour, ne vont pas vers leurs désirs profonds, vers ce qui les nourrit; elles conçoivent l’existence comme quelque chose de pénible et s’étonnent de déclencher une maladie ou des symptômes.

N’y a-t-il pas un lien évident? Lorsque nous froissons une feuille de papier il est difficile de la remettre telle qu’elle était. Nous ne sommes pas obligés d’attendre que notre vie soit froissée pour y mettre de la fluidité et de la joie. Même si c’est inconsciemment, ces personnes ont fait exactement ce qu’il fallait pour être sûres d’avoir un problème. Alors, victimes de la Vie, du mauvais sort, sans aucun effort, sans remise en question, elles souhaitent que le praticien efface les conséquences de leur passé... d’un coup de baguette magique.

-Je ne suis pas médecin, je ne soigne pas les gens, je ne peux effacer vos maladies. Je travaille à un niveau différent, j’étudie les différentes facettes qui composent l’être humain et leurs interactions. En tant que praticien en entrainement neurologique, je suis là pour vous aider à comprendre votre histoire, à comprendre pourquoi vous en êtes arrivés à ne plus fonctionner de manière naturelle dans tel domaine de votre vie, à intégrer ce pourquoi vous vous êtes éloignés de vous-mêmes et ce pourquoi vous avez eu besoin de créer vos problèmes.

Avec cette prise de conscience, mon rôle consiste à vous aider à réorganiser les réponses de votre subconscient en lui montrant que d’autres possibilités existent. Vous pourrez comprendre quelle attitude, quelle perception crée les évènements indésirables de votre vie. Vous disposerez alors d'une alternative et pourrez choisir d’agir différemment. Cela reste un choix, vous pourrez toujours rester sur vos anciens fonctionnements mais cela sera en toute conscience.
Il est évident qu’en comprenant votre histoire et qu’en agissant différemment votre vie va changer, parfois même dans des domaines où vous ne vous y attendez pas. Il se peut aussi qu’un trouble disparaisse. Ceci sera un effet mais pas le but recherché.

Encore une fois, je ne vous guéris pas, je n’ai ni pouvoir, ni les compétences pour ce faire. Je ne remplace pas votre médecin et ne vis pas votre vie. Si vous guérissez vous seul en serez responsable, cet guérison fera partie de votre expérience. Vous pourrez partager votre expérience avec les autres.

En utilisant mieux votre énergie et en en créant d’avantage, vous vous sentez plus en santé. En utilisant vos ressources, vous n’avez plus besoin de manifester un trouble pour vous dire que vous faites fausse route.

Nous ne sommes pas obligés d’attendre le mal-être pour apprendre à se comporter d’une manière naturelle.

Souhaitons-nous être créatif face aux défis que nous propose l'existence ou souhaitons-nous avoir raison?

S’enraciner et se relier ou s’ancrer et se percher :

 

Il existe dans la médecine chinoise cette belle image

d’un homme debout avec les pieds sur le sol et les mains vers le ciel. Celle-ci dépeint un être spirituel bien incarné qui peut faire les expériences que souhaite son âme dans la matière. La structuration de son ego lui permet alors de faire des choix en lien avec les désirs profonds de celle-ci, nous pouvons parler à ce moment de libre arbitre.

Le libre arbitre ne revient pas à faire un choix entre telle marque de chaussure ou telle autre, il revient à pouvoir faire les choix qui nourrissent votre être. Pour ce faire, l’homme a besoin d’être enraciné et relié simultanément :

Ancrage ou Enracinement : 

Les ancrages sont des dispositifs que nous mettons en place pour créer un sentiment de sécurité et de bien-être, cela sert à nous rassurer et nous donne l’impression d’avoir la certitude de ne jamais être abandonné, de ne pas être emporté par la marée. Nous ancrer nous permet de fonctionner dans notre réalité, nous arrivons à mettre en place notre travail, notre couple, nous avons des relations familiales, un certain pouvoir d’achat… De l’extérieur, les autres perçoivent que nous fonctionnons, pourtant nous n’avons pas accès à notre joie, nous sommes bien ancrés, rassurés mais pas heureux. Nous allons donc vers des faux désirs qui ne nous nourrissent que temporairement, qui viennent combler notre vide intérieur ; ces compulsions nous font oublier, l’espace d’un instant, notre manque de connexion avec nous-mêmes. 

Au-delà de l’ancrage, il y a l’enracinement : à ce niveau, ce que nous vivons nous nourrit. Peu importe la forme que cela prend, nous pouvons être cordonniers, globe-trotter ou chef d’entreprise, riche ou pauvre, le point commun est que nous vivons quelque chose qui nous prend aux tripes, qui nous apportent la joie. Nous ne courrons pas après de faux désirs, nous vivons déjà nos vrais désirs et cela nous alimente profondément. D’une personne enracinée émane un fort pouvoir magnétique, c’est comme si elle était à sa place, bien positionnée dans le tableau et qu’elle attirait naturellement ce qui lui correspond.

Perchage ou Reliance :

Les gens qui n’ont pas su gérer un traumatisme, qui n’ont pas expérimenté leur talent, leur joie, qui ont du mal à trouver leur place, vont avoir des difficultés à fonctionner dans les domaines courants de la vie, ils vont se déconnecter de notre réalité consensuelle, c’est-à-dire se percher.
Alors, la vie passe et, étant perché, nous faisons comme si cela ne nous concernait pas. Se percher revient à se donner l’illusion que nous sommes au-delà de la vie, de ce que nous ressentons. Nous faisons semblant de ne pas être concerné parce que nous ne savons pas fonctionner dans notre quotidien, c’est un peu comme si nous démissionnons : nous sommes physiquement présents mais intérieurement absents, en fuite. 
Absents, nous perdons le sens pratique dans notre quotidien et il se crée alors un manque de participation, une incapacité à aller vers… Nous reconnaissons que nous sommes « perchés » par ce type de phrase « si ça doit arriver c’est que ça doit arriver » ou « si ça ne se fait pas, c’est que ça ne devait pas se faire » comme si notre manque d’implication dans notre vie n’avait rien à voir avec notre propre responsabilité.

Pourtant, l’univers veut pour nous ce que Nous désirons pour nous. Sa matrice reflète nos actions ou nos non-actions.

Les hôpitaux psychiatriques nous donnent un bel exemple de gens perchés à l’extrême, ils sont étiquetés fous. En fait, ces personnes captent d’autres pans de réalité non consensuelle, ils captent d’autres espace-temps. 

Au-delà du perchage il y a la reliance : lorsque nous sommes reliés, nous captons de manière naturelle les informations qui sont bonnes pour nous, notre chemin s’ouvre, nous sommes guidés naturellement vers ce qui est adapté pour nous. Notre intuition fonctionne. En plus imagé : nous avons accès à notre GPS intérieur. Ces « guidances » que nous recevons sont en lien concret avec notre réalité, avec la matière, avec notre quotidien ; ce ne sont pas des informations que nous utilisons pour fuir mais, bien au contraire, pour participer.

Et si nous regardions ensemble, en consultation, ce qui vous empêche d’accéder à votre intuition, ce qui vous empêche d’accéder à votre joie ?

Imiter un model comportemental :                                                                                                                    Il se peut que ce que vit telle personne de votre entourage vous plaise. Il se peut que vous étudiez et observez les modèles de changement affectif et comportemental à mettre en place pour expérimenter à votre façon quelque chose de similaire à ce que vit telle personne. A ce moment, malgré votre savoir et même si votre observation est juste, il se peut que vous n'ayez pas les ressources personnelles suffisantes pour mettre en place ce modèle de fonctionnement. 

                                                                                   Le savoir seul ne suffit pas, passer à l'action produit des résultats. Ce faite de "vivre l'expérience" devient l’outil qui nous permet d'intégrer ce que nous avions "théorisé".  
                                                                                   Le Neuro-Training peut nous permettre de clarifier deux choses importantes : 

                                                                                    - Comprendre si ce que nous désirons expérimenter est en accord avec qui nous sommes, avec notre nature. 

- Réorganiser l'accès à notre génétique afin d'utiliser nos ressources pour vivre ce qui nous plait.

Prédestination ou Choix :

                                                                          L'héritage de notre matériel génétique peut déterminer notre caractère. Pourtant les circuits cérébraux sont d'une souplesse extraordinaire, notre caractère n'est pas synonyme d'un destin immuable où nous serions victime du matériel que nous avons gagné à la loterie de la génétique.                                                                                                               Les leçons psychologiques que nous vivons durant notre enfance, à la maison, à l'école, avec nos parents et les conclusions que nous tirons de ces expériences structurent nos circuits mentaux, cela nous permet d'acquérir plus ou moins facilement les bases de l'intelligence émotionnelle.                                                                                                       Arrivez-vous à nommer les émotions qui vous traversent? Parvenez-vous à les exprimer sans que cela soit néfaste pour votre entourage? Souhaiteriez-vous baisser le poids de certaines émotions afin qu'elles ne soient plus génératrices de stress?

    Structurer l'égo :                                                                                                                                          Et donc notre être vient s'incarner dans un corps pour expérimenter d'un point de vue relatif la vie. Pour vivre au mieux cette pièce de théâtre faite sur mesure, l'être tente d'exprimer ses valeurs. Pour ce faire, l'être a besoin d'un ego bien placé, d'un ego structuré de façon à pouvoir aider l'être à exprimer ses valeurs. Lorsque l'ego ne sert pas l'être nous ne jouons pas notre note, quelque chose sonne faux et il se crée un fossé entre le fond et la forme de notre vie.                                                                                                                                                                 La partie la plus influente de l'ego est notre inconscient, avec ses propriétés électro-magnétiques, cet inconscient correspond à notre connaissance relative et non absolue, il fonctionne à la manière d'une cassette de baladeur: de la musique est enregistrée sur une bande magnétique et nous avons besoin de courant, d'une impulsion électrique pour pouvoir lire le contenu de cette bande. 
                                                                                Cet inconscient est un peu comme un disque dur où nous enregistrons très profondément les croyances et les schémas nécessaires à notre survie.                                                                                                 Tout un chacun peut essayer de répondre à cette question: que se passe-t-il lorsque notre inconscient génère des émotions, des pensées, des comportements qui créent des situations de vie qui ne nous permettent pas d'exprimer les valeurs de notre être?                                                                                                                                                      De plus, nous trouvons dans cet inconscient des empreintes collectives et individuelles. Cela devient passionnant, qui construit et insère les ressources inconscientes que nous utilisons au quotidien? quels types de contenus trouvons-nous dans notre inconscient?

Que savons-nous qui n'a pas été inculqué par quelqu'un d'autre

Nous nous assimilons personnellement à certaines idées alors que nous n’étions pas sur place pour vérifier.
                                                                             Notre inconscient correspond à toute notre connaissance relative à propos de notre avatar terrestre, à tout ce que nous avons enregistré comme programmations et qui devient nos ressources de fonctionnement identitaires. Ces différentes programmations se mélangent, nous trouvons par exemple dans cette base de données:
les programmations socioculturelles, familiales, scolaires, religieuses, professionnelles...

                                                                                 Ce qui devient intéressant c’est que nous définissons notre identité principalement à partir de notre inconscient et que nous puisons dans celui-ci des références en lien avec notre expérience directe mais également avec notre expérience indirecte.

Or, il est déjà parfois inconfortable de fonctionner à partir de son expérience directe, par exemple: je suis une femme, mon père est absent et négligent durant toute mon enfance, je cimente tout ça avec quelques émotions bien difficiles à vivre et je me retrouve plus tard à vivre des relations toxiques avec des hommes maltraitants, non aimants, qui ne s'impliquent pas, tout cela me rappellent mon programme initial: le fait que je n’ai pas de valeur aux yeux de l’homme. Même si c’est inconfortable dans ce cas j’ai au moins fait l’expérience directe de cette situation.
                                                                      Comprenons maintenant que nous puisons aussi dans cet inconscient des références à partir de choses que nous n’avons pas vécu personnellement, pourtant nous nous définissons aussi à partir de ce que nous n’avons pas vécu :

Ex : Tout le monde nous a dit que Louis XIV s’appelait le Roi-Soleil, nous répétons nous-même cela et adoptons des réactions et comportement à partir de cette information.                                      Qui était sur place pour vérifier que Louis XIV s’appelait le Roi-Soleil? Nous avons obtenu cette connaissance à partir de livres ou d’éducation scolaire, nous avons fait confiance aux autres sans jamais remettre cela en question, nous n’avons pas validé personnellement cette information.
                                                                              Nous pouvons accumuler énormément de références égotiques à partir de ce que nous n’avons pas vécu et nous pourrions être prêt à défendre avec ferveur ces références que nous prenons pour nous-mêmes.

Dissonance Cognitive :

Que se passe-t-il maintenant lorsque nous croisons une information qui ne fait pas partie de la base de données qui constitue notre égo? Cela crée une tension interne et nous rentrons en dissonance cognitive.                                                                                                                                                         Il y a eu cette expérience réalisée avec une tribu amérindienne qui vivait dans une foret et dont les membres n’avaient jamais vu la mer, lorsque que quelqu’un leur montra une photo d’une ligne d’horizon qui séparait le ciel et la mer, les amérindiens de cette communauté n’étaient pas capable de percevoir la mer, ils percevaient et décrivaient seulement un grand ciel. 

                                                                             Nous agissons également de cette façon, à savoir que nous rationalisons l’expérience à partir de ce que nous connaissons. Par exemple il nous est dit depuis tout petit que les anges, les lutins, les esprits ou les extraterrestres n’existent pas… Si demain vous faites l’expérience de rencontrer un de ces êtres, il se peut que vous luttiez de toutes vos forces pour rationaliser ce que vous êtes en train de vivre de façon à ce que cela concorde avec votre idée du réel, quitte à invalider l’expérience.                                                                                                           Vous pourriez vous dire par exemple: « whaouu! les progrès de projection holographique sont stupéfiants de nos jours » ou « mon voisin m’a fichu une peur bleue avec sa marionnette, ça parait tellement réaliste » ou pour le plus scientifique « mes glandes surrénales produisent des substances hallucinogènes »…

                                                                                 Ce qui est surtout fou est que nous préférons donner de la valeur à une information non validée, dont nous n’avons pas fait l’expérience, à une certaine époque les gens défendaient avec ferveur le fait que la terre était plate, d’ailleurs peu d’entre nous ont expérimenté par leur propres moyens que la terre est ronde!                                                                                                                                            A moins d’une grande confiance en soi, nous avons généralement l’habitude de dévaloriser notre propre expérience si celle-ci ne cadre pas avec les références admises par la société.

Difficulté relationnelle :

Est-ce que dans votre vie vous avez de la difficulté dans votre relationnel avec quelqu'un ou avec quelque chose?  

 

Si c'est le cas vous avez par conséquent un problème relationnel avec vous même. Et si ensemble nous modifions votre relationnel à vous même afin de fluidifier votre vie?

Saboteur :

 

Avez-vous remarqué ce saboteur en vous qui vous empêche d’agir en accord avec vos désirs? Vous souhaitez réaliser ceci ou vivre cela et pourtant vous ne le pouvez pas, Pourquoi? parce que vous n'avez plus accès au Choix.  


Cet anti-vous est un programme et comme tout programme il peut être désinstallé pour laisser place à vos fonctionnements cérébraux naturels, à votre intelligence innée.  


Pour être en bonne santé il est important de vivre sa vie!

 

Mon travail consiste à vous aider à rester en bonne santé. Retrouvez la possibilité de choisir dans les différents domaines de votre vie grâce au Neuro-Training.

Le symptôme comme message d'amour :

 

Lorsque que nous n’arrivons pas à exprimer verbalement ou par nos actions qui nous sommes dans une relation, cette non expression de nous-même vient se répercuter dans notre corps, cela peut créer un symptôme mais surtout cela laisse une marque.

A ce moment, nous nous désintégrons car nous perdons notre entièreté. Pourtant derrière cette marque il y a un message d’amour qui nous invite simplement à conscientiser cette partie de nous que nous avons exclu afin de la réintégrer.

 

Il est certes important de comprendre ce message d’amour mais conscientiser sans passer à l'action ne change pas pour autant notre réalité! Or pour agir différement Il est également primordial de venir débrancher cette marque, car tant que nous gardons la trace de quelque chose nous gardons le lien à l'histoire et nous continuons à attirer des situations analogues à travers lesquelles nous fonctionnons de la même manière.

Conscientisons en mettant en lumière les petits bouts de vous que vous avez mis de coté. 
Agissons en entrant différement dans la relation grâce à des meilleures options neurologiques de fonctionnement.

Être la personne la plus importante pour soi dans sa vie :

 

Utiliser un outil pour autre chose que ce pour quoi il est conçu ne donne pas l’effet escompté, lorsque nous changeons qui nous sommes pour garder la relation nous nous éloignons de nous-même, nous oublions alors notre propre importance, or s’éloigner de soi-même n’a jamais rendu personne heureux.

Rappelons-nous que nous sommes la personne la plus importante pour nous dans notre vie! Etre

prioritaire dans sa propre vie est un fonctionnement sain! Cela n’a rien à voir avec un égoïsme mal placé qui ne se souci pas des conséquences générées par ses actes, au contraire cela a à voir avec un acte d’amour envers nous-même, cela à à voir avec le courage d’exprimer notre naturel et d’actualiser nos meilleurs potentiels.

 

En s’éloignant de nous-même, notre capacité à répondre aux évènements est fortement réduite. 

 

Le Neuro-Training permet d’identifier dans quels domaines de votre vie vous mettez des moyens inappropriés en place afin d’obtenir un résultat. 
 

L’équation est simple: plus nous travaillons sur les sujets prioritaires, plus nous nous considérons nous-même comme prioritaire. Alors petit à petit nous abandonnons dans notre vie ce qui nous servait à compenser notre non naturel.

Nos relations, nos activités et nos attitudes superficielles sont délaissées car nous avons assez d’énergie pour nous orienter vers ce qui sonne juste pour nous, vers ce qui est en accord avec nos valeurs.

Lorsque un comportement nous contrôle :

Alors que nous sommes encore en train de structurer nos références de fonctionnement durant notre enfance, il arrive ces moments particuliers où dans telle situation nous nous retrouvons sans ressource. Nous sommes alors incapables d’utiliser correctement notre mental, de choisir une réponse émotionnelle juste ou d’adopter une bonne attitude physique.

Face à cet évènement, nous avons simultanément une mauvaise perception, une réaction émotionnelle démesurée et un comportement inapproprié.

Alors comment faire si nous ne trouvons pas la solution en nous-même?

 

Si nous ne pouvons pas nous diriger vers l’intérieur nous allons alors chercher notre réponse à l’extérieur. Nous allons donc imiter le modèle de fonctionnement de quelqu’un de notre entourage, le plus souvent dans notre famille, nous parlons de modélisme familial. Tel un acteur nous jouons alors un rôle qui nous éloigne de notre façon naturelle de fonctionner. Puisqu’il ne vient pas de nous-même, à force de répéter ce rôle nous développons une compulsion à ce comportement et nous pensons même que nous pourrons en tirer profit un jour puisque ce comportement est la seule solution que nous avons trouvée. Cela nous a permis de survivre. 

Nous avons créé un comportement compulsif hérité, nous nous retrouvons bloqué sans solution avec un comportement sur lequel nous n’avons plus de contrôle et que nous souhaitons garder! 

 

Pire, ce comportement nous contrôle!

 

Nous sommes dépendants de la drogue, de l’alcool, du sexe, du drame, de la soumission, du conflit, de la violence, des angoisses, de la dévalorisation etc...

Pour ne pas à avoir à remettre en question ce comportement de survie, nous côtoyons des gens qui ont les mêmes addictions que nous, ce qui nous permet de continuer à expérimenter ce rôle. De cette manière notre fonctionnement n’est pas remis en cause et nous n’avons pas à amorcer de changement.

 

Et si ensemble lors d'une séance de Neuro-Training nous portions le regard sur ce rôle que vous jouez qui ne reflète pas qui vous êtes? Et si nous commencions à vivre au lieu de survivre?

L’autre n’est pas devant nous par hasard :

Nous expérimentons la vie de notre point de vue, qui est relatif. Autrement dit, notre cerveau ne connaît que nous-même et son propre fonctionnement. Nous agissons donc avec les autres à partir de ce que nous sommes. Nous entrons dans la relation avec nos références et nos comportements vont démontrer comment nous utilisons ces références. 

Lorsque nous réussissons quelque chose, nous sommes fiers de dire « J’ai gagné! c’est moi qui ai fait ça! ». Quand nous sommes en conflit avec quelqu’un, nous devrions également assumer et dire « j’ai ma part de responsabilité dans cette dispute » ou à minima, « je suis co-responsable du désaccord créé dans cette relation ». 
Une dispute survient quand deux personnes sont d’accord pour être en désaccord. 

L’autre n’est pas devant nous par hasard. Pour vivre une telle histoire, nous avons choisi telle personne et pas une autre; elle est là parce qu’elle fait écho à qui nous sommes. Pourtant, avec 7,5 milliards d’individus sur la planète, changer les autres est impossible même si nous nous levons très tôt !! 

Les deux axes sur lesquels nous pouvons agir sont: notre propre personne et la façon dont nous construisons la relation. 

Souvent, quand la relation est difficile, nous préférons tenir l’autre pour responsable; c’est plus facile et confortable, cela nous évite d’avoir à remettre en question l’image que l’on a de nous-même et surtout, de relever le défi qui nous invite à changer. 


Au final, c’est avant tout ce conflit avec nous-même qui génère la problématique avec l’autre. En acceptant de travailler sur nous, nous modifions la relation et la dissension disparaît. 

Je vous reçois en consultation afin d’améliorer votre façon d’entrer dans la relation et de corriger cette discorde qui prend racine en vous. Il est important de retrouver votre unité dans cette querelle et, en mettant en lumière certaines de vos « zones d’ombres », vous obtenez simplement… plus de lumière! 

Imprégnation hormonale utérine : 

 

Pendant la période de vie intra-utérine, nous baignons dans un bain hormonal. En fonction de ce que vit la mère durant sa grossesse, le foetus en développement va s’imprégner plus de certaines hormones que d’autres et ces hormones en proportion dominante vont influencer le développement de son cerveau. Ces hormones primales vont devenir une référence et plus tard, nous allons passer notre temps à créer des situations de vie qui nous permettent de retrouver ce même taux hormonal que nous avons expérimenté en Intra-Utérin.

 

Alors si la grossesse se déroule bien tant mieux! La mère est en joie, confiante, se sent pleinement femme, en sécurité, elle vit bien cette expérience et génère des hormones telles que la dopamine, de la sérotonine, des endorphines…

 

Par contraste, si la grossesse est plus difficile, que la mère désire se séparer de son conjoint, qu’elle ne souhaite pas garder le bébé, qu’il y a des disputes importantes dans le couple, de la violence ou que les conditions de vie actuelles sont difficiles pour accueillir un nouveau née… la future maman va générer beaucoup d’hormones de stress et libérer beaucoup d’ACTH. Cela donnera plus tard une personne qui passe sa vie à chercher des expériences anxiogènes, à entretenir des relations risquées ou des situations extrêmes. Pourquoi? simplement parce que nous attirons à l’extérieur le reflet de ce qui nous constitue à l’intérieur.

 

Les hormones sont l’expression chimique de nos émotions, il est intéressant d’identifier et pacifier la relation que vous avez avec votre hormone primale, cela permet d’expérimenter votre vie différemment avec des réactions émotionnelles plus légères ou différentes.

Immortalité ou reproduction :

 

Une cellule a le choix entre l’immortalité ou la reproduction, lorsque celle-ci fait le second choix, elle emmagasine un maximum d’informations, au moment de s’éteindre elle se divise et donne à la cellule qui va suivre toutes les informations qu’elle a accumulée. 


N’est-ce pas une forme de réincarnation? Un système sous-jacent à tout être vivant qui permet de continuer à véhiculer son essence, ses informations et une partie de son énergie? 

Sur ce même principe, en nous incarnant dans une famille, dans un clan, nous héritons d’un patrimoine génétique, la façon dont nous utilisons ce matériel (l’épigénétique) va être différent pour tout un chacun, cela va nous donner accès à des ressources mais également à des limitations, à des programmations, à des mémoires. 


Nos actes ont un sens, nous ne faisons pas les choses par hasard, nous les réalisons dans un but même si nous n’avons pas conscience de ce but. Souvent, avant la conception les parents ont un projet pour leur futur enfant. La personne qui s’incarne capte l’activité psychique de ses parents et va tout mettre en oeuvre pour donner du sens à ce projet.

Nous sommes les héritiers par procurations des programmes biologiques inconscients familiaux. Nous sommes la réponse biologique exacte du conflit de nos parents.
Par fidélité à notre lignée, pour justifier que nous faisons partie de cette famille, nous nous efforçons de correspondre aux attentes inconscientes et aux implants de nos parents, nous essayons de trouver des solutions aux secrets de famille, aux dettes et aux situations qui n’ont pas été résolues dans notre généalogie.

Certaines personnes diront: « si je vis cela c’est que c’est une épreuve que je dois traverser, c’est le destin, c’est comme ça ». Tous les points de vu sont compréhensifs et il est possible le voir sous cet angle.
Nous pouvons aussi aller voir ce qui influence fortement notre destin afin de ne pas le prendre en pleine face. Comment? En travaillant sur nos pré-conditionnements, en modifiant notre relation à nos programmations nous pouvons plus facilement exprimer notre naturel, nous avons la possibilité de comprendre et distinguer ce qui nous appartient de ce qui vient de nos aïeux. 
Nous ne sommes pas obligé d’aller résoudre telle problématique de notre grand-père, de répéter tel schéma familial ou de faire plaisir à nos parents à notre détriment, nous avons déjà notre propre vie à vivre! 

L’idée est de pacifier notre lien familial, que cela nous plaise ou non, nous faisons partie de cette famille, il est important d’accepter d’où nous venons et de ne pas invalider nos origines. Rejeter notre nom, ne plus parler à notre père ou nier notre mère nous permet de compenser mais pas de trouver la paix. En rejetant nos racines, nous exprimons que le matériel à partir duquel nous sommes issus est nul, qu’il ne vaut rien et que par conséquent nous sommes nuls. L’idée est de pouvoir faire partie de cette famille tout en exprimant qui nous sommes.

Switch ou court-circuit :

 

Lorsque nous vivons un évènement trop intense, qu’une situation se répète et génère un émotionnel fort ou extrême, que nous subissons maltraitance, négligence voire torture ; notre cerveau passe alors en mode court-circuit : il se débranche, comme il ne peut trouver de ressources face à la situation il s’en déconnecte. C’est une façon de survivre, une situation traumatisante pouvant mener à la syncope.

La problématique est que faute de traiter une situation difficile, une confusion mentale peut s’installer : par la suite la personne sera incapable de percevoir clairement les choses, son entourage pourrait même considérer cette personne idiote, peureuse, inapte alors qu’elle vit simplement un trouble de fonctionnement. Elle est en mode survie à cause d’un traumatisme … traumatisme qui fut parfois provoqué par ce même entourage.

Quand notre cerveau « switche **», notre néo-cortex ne peut plus fonctionner, raisonner, organiser et remplir ses fonctions correctement. Il y a une rupture du processus interne de communication : pour imager, tant que nous sommes décâblés, les informations émises par le cerveau ne parviennent pas aux bons endroits dans notre corps et notre cerveau n’accède plus aux retours d’informations nécessaires pour assurer son rôle de chef d’orchestre.
Notre inconscient enregistre cet état, nous sommes alors fragilisé. Par la suite, lorsque nous revivons un état de stress, cette déconnexion peut générer des symptômes (Les symptômes sont les éléments d'alerte d'un processus pathologique en cours). 

Autre conséquence : plus l’état de stress dure plus le système immunitaire souffre. Nombre de personnes avec un système immunitaire défaillant ont trop enduré par le passé. Leur souffrance physique, morale ou émotionnelle a duré trop longtemps.

Et si l’on pouvait sortir de l’état de survie ? 

Et si nous vérifions ensemble l'état naturel de fonctionnement de votre neurologie? 

** Switcher : de l'anglais switch, le verbe switcher désigne l'action de passer d'un système, d’une architecture, ou de toute autre composante liée à l’informatique à une autre.

Différence entre stress et détresse :

 

En biologie, le stress est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis aux pressions de son environnement. Une situation qui nous stresse est donc un stimuli, une invitation à décider, une opportunité d’exprimer qui nous sommes …. et la réponse peut être positive ou négative pour nous-même.

Le stress est donc un défi, la possibilité de choisir.

 

Lorsque nous n’avons plus cette possibilité, que nous ne pouvons fournir qu’une réponse automatique, que notre conditionnement prend le dessus, nous ne sommes pas en état de stress, nous sommes en état de Détresse. 

En situation de détresse, le but prioritaire n’est plus de vivre mais de survivre. Exprimer nos valeurs, l’essence de notre vibration n’est alors plus d’actualité.

Quelqu’un qui meurt de faim, en mode survie, ne se préoccupe nullement de spiritualité, de qualité de vie ; il n’y a plus de choix possibles, il faut manger, survivre!  

Nous pouvons orienter notre vie en accord avec notre essence lorsque nos besoins vitaux sont assurés. Nous sommes cependant, pour la plupart d’entre nous, en situation de survie au niveau mental, émotionnel ou comportemental.

 

Alors comment fonctionne la détresse? 

 

La 1ère fois que nous sentons de la détresse, nous mémorisons ce « senti » au niveau de nos cellules nerveuses, cela crée une empreinte dans notre système nerveux qui s’appelle un engramme et nous venons alors d’enregistrer une maladie potentielle.

Il est important de prendre conscience qu’ultérieurement, toute situation vécue en mode survie viendra réveiller votre état général de Détresse. Perdre votre emploi du jour au lendemain peut très bien réveiller la mémoire d’un abandon ou d’un déménagement difficile.

Plus tard, lorsque nous allons expérimenter une situation de détresse analogue ou non à la 1ère fois, nous allons sentir de nouveau, soit Re-sentir. Notre engramme actif va alors s’exprimer par le langage du corps et c’est ce Re-Senti qui va déclencher un déséquilibre de manière remarquablement intelligente. Notre subconscient nous parle alors avec ses moyens, quelques exemples :

- aphonie : nous aurions aimé exprimer notre point de vue et nous ne l’avons pas fait ou n’avons pas pu le faire.

- problème au niveau de l’épaule : nous aurions aimé nous sentir soutenu, épaulé.

- aspermie : nous n’osons pas avouer (s’avouer?) que nous ne voulons pas d’enfant.

- arythmie : nous n’arrivons pas stopper notre rythme effréné.

Comprendre ce langage du corps est essentiel.
Il peut être sensé d’accueillir ce message pour ce qu’il est : une information. Se battre ou résister ne sert pas à grand chose et ne résout surtout pas ce qui génère le conflit en nous. Régler le problème à sa racine parait plus judicieux.

Mais comment faire ? en travaillant sur l’association neurologique que nous avons créée lors de la 1ère fois que nous avons senti une Détresse. 

Et c’est mon travail que de vous aider à faire ce travail

Une question ?
Contactez-moi au 07 81 55 82 89
ou via le formulaire ci-dessous
  • Facebook Social Icon